LA GAZELLE TÉMÉRAIRE

La gazelle tÉmÉraire

Ecoutez compagnons
la nuit décline
ses heures fantastiques
et le jour est encore si loin
venez resserrez la ronde
autour de moi
et écoutez
Il était une fois
une gracieuse gazelle
la patte fine et aérienne
l’oeil ouvrage
d’un Dieu de perfection
elle soupirait d’aise
d’Oued en Oued
et vous savez
comment la mâchoire
du prédateur
est friande
de ce fin morceau
elle avait il y a longtemps
entendu
sa mère et l’aïeule
tailler de philosophiques
bavettes
dans ces anciennes réunions
les jours de fiestas
retirées dans un aparté
elle entendit l’aïeule
la voix chevrotante
en édit prononcer
Notre belle gazelle
est de trop téméraire
as tu fauté ma fille
dans son éducation
tu le sais une gazelle
doit avoir appris
toutes les ficelles de la peur
car c’est cela son garant
pour une vie longue
convoitée par le carnassier
elle risquerait la mort
sans compter
cette presque impudique beauté
d’une croupe a damner un saint
pauvre de nous ma fille
garde la bien je te prie
je ne voudrai pas
souffrir de sa perte
en mes derniers jours
la mère répondit
de sa voix aux intonations
magnifiques
Hélas oui mère
mais ce n’était pas faute
de lui avoir tout appris
sur nos leçons
au premier jour
j’avais saisi cet écart
en l’esprit de la petite
et je sentais insidieusement
le mal que j’aurai
a la voir grandir
il est mère
des Esprits tournés
dés leur naissance
tu diras don de dieu
qualités
l’aïeule dit
mais tu t’égares ma fille
ton enfant au lieu
de porter enfants
vaquer aux besognes
d’une vie de gazelle
s’en va de point d’eau
en point d’eau
et toi tu parles de don de dieu
retiens toi
notre gazelle
une patte en l’air
pour renier les sinécures
dites par l’aïeule
se pressa
de rejoindre
l’Oued le plus éloigné
pour se désaltérer
tout a son bonheur
de gambader
suivant le papillon
doré le long des allées fleuries
s’était plaisir
a reluquer
que ce bonheur simple
et naïf
au chasseur le plus cruel
son oeil outrageux de beauté
aurait acheté grâce et sympathie
mais au prédateur insensible
vous le savez
il n’aurait qu’attisé
l’immense convoitise
d’un si beau jarret
Arrivée au point d’eau
elle humectait son délicat museau
et ses jeux de têtes ravissants
troublèrent tous les mâles
buvant
c’était ensemble harmonique
que ces sons différents
saluant la douce gazelle
cela faisait partie de ses jeux
elle était a l’égale de Narcisse
se mirant
lorsqu’au milieu
de toute cette cacophonie
elle perçut
le son de gorge redouté
un lion
elle leva son oeil toute en beauté
et Ô horreur
il était d’un tel gabarit
que la peur la gagna
de la tête aux pieds
se pavanant
il approchait le prédateur
content
d’avoir belle table ce crépuscule
les admirateurs
avaient quand a eux
détalé en tous sens
sans demander leurs restes
et notre belle gazelle
prise de court
réfléchissait a sauver sa belle peau
Bonsoir Monsieur du Lion
superbe soirée n’est ce pas
le Lion surpris
se disait déjà par ou commencer
ce sublime met
en tombait sur son séant
de constater la beauté
si téméraire
répondit
oui un début de soirée
qui promet
elle tremblait en son fort intérieur
et priait qu’il soit bien repu
et lui accordera grâce
au lion on avait appris les arts
et de voir
la douce gazelle si parfaite
lui intima l’ordre
de rentrer chez elle
et je te donne par
cette grâce du soir
ma leçon
dans une vie
on ne rencontre qu’une fois
un lion magnanime
vas cours
et suis
les préceptes de tes congénères
tu feras de vieux os
et ce serait dommage
de gâcher si belle image
la gazelle fit une profonde révérence
et dit
Dieu vous le revaudra
Monsieur le Lion
et tous les jours
que fera dieu
qu’il vous apporte votre obole
vous serez mon père spirituel
et je n’oublierai jamais votre conseil
il fit un grand graouuu
vas Petite Gazelle
pensée d’un instant
ne dure pas tout le temps
elle ne se le fit pas répéter
et de toutes les forces
de ces petites pattes mignonnes
rejoignis
ses congénères
n’ayant pas encore compris
que sa vie dans le livre de dieu
ne finissait pas ce jour

Latifa Sobhi

Laisser un commentaire

AHLALAY |
manonjouanni |
Impétuosité et Tremblements |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | apprendre le français
| poésie émoi
| Parcilha